Chantilly fête le tricentenaire des grandes écuries

En 2019, le Domaine de Chantilly célèbre ce tricentenaire avec quatre événements uniques : un spectacle équestre créé par Sophie Bienaimé : Il était une fois… les Grandes Écuries, jusqu’au 22 août, ainsi qu’une exposition, un spectacle son et lumière, Le palais où le cheval est roi, pendant les Journées du patrimoine, et un documentaire qui retrace en images cette épopée architecturale.

C’est en 1719, sous la Régence de Philippe d’Orléans qu’a débuté la construction des plus grandes écuries d’Europe, un bijou d’architecture commandé à l’architecte J e a n – A u b e r t par Louis Henri de Bourbon, VIIe Prince de Condé. Depuis 300 ans, ce véritable palais pour chevaux se dresse à deux pas du Château de Chantilly et du célèbre hippodrome qui accueille des courses de galop prestigieuses, comme le Prix de Diane. Les Écuries, avec leurs sculptures immenses et leur dôme haut de 26 mètres, accueillent depuis 1982 le musée vivant du cheval, créé par Yves Bienaimé – également créateur du potager des princes du Domaine de Chantilly – en 1978. Les spectacles équestres, créés par Sophie Bienaimé depuis 2004 – et déroulés avec ses écuyères – sont un succès incontestable. Le musée a attiré 180 000 visiteurs en 2018.

Spectacle historique

Ce chef d’oeuvre consacré à la plus belle conquête de l’homme appartient à l’Institut de France, créé en 1795. Le Général Jérôme Millet, administrateur du Domaine de Chantilly, raconte à propos du descendant de Louis XIV : « Il régnait sur Chantilly, il était très riche, passionné de vénerie et c’est la raison pour laquelle il a entrepris cette construction qui s’est achevée en 1735. La longueur des écuries est de 186 mètres, pouvant accueillir 240 chevaux. C’était aussi un palais pour les chiens. » Sophie Bienaimé détaille : « Le Duc de Bourbon a une vision un peu folle et a fait un palais plus qu’une écurie dédiée au cheval et aux chiens. Cet écuyer dressait les chevaux, mettait en selle le prince pour la guerre et la chasse avec des montures fiables. De plus, cet homme exceptionnel était aussi vétérinaire et maréchal-ferrant. » En 1840, le Duc d’Aumale rénove les Écuries et la même année ont lieu les premières courses hippiques au monde. Sophie Bienaimé propose une de ses créations jusqu’au 22 août, sous le dôme, baptisée Il était une fois… les Grandes Écuries. Pendant plus d’une heure, une quinzaine de numéros avec chevaux, ânes et poneys feront revivre l’histoire et les grandes étapes de la vie de ces écuries joignant narration et figures équestres qui en font sa renommée. Ils permettront de faire découvrir au public les figures de haute-école, le travail en liberté, les cabrés, les couchés, les révérences, etc. Le spectacle racontera la chasse, la monte des femmes en amazone, la venue de Sissi Impératrice et aussi la Libération de Paris. La visite du musée avec sa collection de colliers de chiens est incontournable. Un Tricentenaire à ne manquer sous aucun prétexte.

Le spectacle de Sophie Bienaimé fait revivre l’histoire et les grandes étapes de la vie des Écuries
Auteur d'origine: Françoise Lefort
  51 lectures
  0 commentaires
51 lectures
0 commentaires

Hauts-de-France : baisse du nombre de demandeurs d’emploi

Dans les Hauts-de-France, au deuxième trimestre 2019, le nombre de demandeurs d’emploi qui sont tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) atteint en moyenne sur ladite période 366 130, soit une baisse de 1,1% (à -4 040 personnes) et de 3,7% sur un an.

En France métropolitaine, ce nombre baisse de 0,4% et 1,9% sur un an. Quant au nombre de demandeurs d’emplois qui doivent rechercher un emploi, ayant ou non exercé une activité (catégories A, B, C), celui-ci arrive en moyenne à 583 930 au second trimestre 2019.

Sur le trimestre, il accuse une baisse de -0,9% sur le trimestre, soit -5 230 personnes et de -2,9% sur un an. En France, ce nombre est en repli de -0,4% sur ce trimestre, soit une baisse de -0,9% sur un an.

Auteur d'origine: Picardie la Gazette
  55 lectures
  0 commentaires
55 lectures
0 commentaires

Diter multiplie les projets

Pour faire face à son développement, l’entreprise Diter basée dans la zone d’activités des Bornes du Temps à Argoeuves se déploiera sur 5 000 m² début 2020. Elle recrute également des compagnons.

D’ici début 2020, l’entreprise Diter à Argoeuves sera passée de 2 000 à 5 000 m². Spécialisée dans la menuiserie, la métallerie et le bardage, elle comptera aussi presque 50 compagnons car elle recrute. Elle n’est pourtant installée dans la Zac des Bornes du Temps que depuis 2012. Ses deux projets, elle les expose fièrement sur sa clôture, installée sur la route entre Amiens et Flixecourt.

Un seul maître mot: La qualité

Mais en choisissant de construire (enveloppe extérieure hors couverture et menuiseries, fenêtres, escaliers…) des grands équipements collectifs, publics et privés, où la technicité pointue est nécessaire : centres aquatiques, gares, hôpitaux, théâtre, etc. elle s’est ouvert de belles portes. La majorité de ses chantiers se trouvent en région parisienne. Dans les Hauts-de-France, Diter, fondée il y a plus de 50 ans, a laissé son empreinte aux piscines de Soissons, Creil ou de Croixrault, au musée franco- australien de Villers-Bretonneux, au lycée Peltier de Ham ou aux CHU d’Amiens sud, Corbie et Compiègne. Son organisation est validée par huit qualifications Qualibat. Elle a misé sa réussite avec un seul maître mot : la qualité. La qualité des produits mis en oeuvre par le choix des meilleures marques de profilés aluminium et acier, de vitrages et de prestations de services industriels. La qualité des équipes, par la formation continue à l ’évolution technique et réglementaire des métiers : bureau d’études, fabrication et pose sur chantiers et aussi : « La qualité relationnelle interne, ajoute Michel Perrin, son dirigeant depuis 2006. Il est essentiel de cultiver le bien commun qu’est l’entreprise, et permettre à tout salarié souhaitant rester dans l’entreprise, de ne pas avoir un avenir professionnel et personnel brisé par la défaillance de l’entreprise ou un accident du travail. »

Recrutement

Lire la suite
  58 lectures
  0 commentaires
58 lectures
0 commentaires

L’équicoaching vu par RL vision

Rachel Larquier proposait mi-juin, avec Nathalie Vagniez, une démonstration grandeur nature d’équicoaching aux Écuries du Cèdre à Moreuil. L’équicoaching s’adresse aux entreprises et aux organisations en recherche d’une amélioration des stratégies relationnelles.

Les séances d’équicoaching prodiguées par RL Vision sont axées sur la communication non verbale, le leadership des managers et la qualité de vie des collaborateurs. Tout un programme développé lors d’une matinée de présentation de cette méthode innovante de formation à l’initiative de Rachel Larquier. Avec RL Vision, elle propose un accompagnement sur mesure de l’entreprise sur fond d’équicoaching. Une expérience inédite et efficace pour gagner en management de la performance. Certifiée Horses and Coaching® à l’école Polytechnique de Paris, Rachel Larquier, cavalière expérimentée, se sert surtout de sa carrière en entreprise en tant que directrice administratif et financier (Daf), DRH puis directrice de site pour de grands groupes internationaux, pour ramener de l’humain en entreprise. « Dans le respect du cheval, on s’occupe de l’homme et plus spécifiquement du management, du leadership des managers et de la qualité de vie des collaborateurs », explique la coach qui a trouvé dans le cheval le révélateur des émotions de l’homme. Les séances d’équicoaching durent plusieurs demi-journées et reposent sur trois phases : diagnostic, préconisation et remédiation/ ancrage.

Au service de l’entreprise

L’équicoaching s’adresse aux personnes qui se lancent dans une démarche d’introspection et d’évolution. C’est avant tout un travail sur soi, ses émotions, son autonomie, sa créativité, ses points de progrès. « Le cheval agit comme un miroir émotionnel. Il permet une prise de conscience libératrice des peurs et des blocages. Il aide à avancer dans la vie et à lâcher prise », poursuit Rachel Larquier dont l’entreprise née en novembre dernier s’adresse aussi bien aux groupes qu’aux particuliers pour de la formation, du développement personnel, des séminaires ou du team building. Les offres de RL Vision entrent dans le plan de formation de l’entreprise dans le cadre de la prévention des Risques psychosociaux (RPS), de l’amélioration du bien-être et de la qualité de vie au travail. « L’équicoaching devient aussi une expérience nouvelle à intégrer aux séminaires d’entreprises, conclut-elle.

De quoi donner une vision nouvelle des compétences de leadership et de confiance en soi, pour éclairer les items fondamentaux du management ou encore pour optimiser la coopération des collaborateurs de l’entreprise. »

Auteur d'origine: Kaltoume Dourouri
  60 lectures
  0 commentaires
60 lectures
0 commentaires

Nomination à la S.A. HLM de l’Oise

Depuis le 22 juillet dernier, Pascal Thueux est le nouveau directeur de la clientèle de la S.A. HLM de l’Oise.

En s’appuyant sur son expertise des métiers de la gestion locative, ce dernier aura pour principale mission d’amplifier, avec l’équipe de la direction de la clientèle, les actions engagées dans le cadre du projet d’entreprise « Grandir ensemble » : amélioration de la qualité de service, renforcement de la présence de proximité, modernisation de la relation client et progression de l’efficacité opérationnelle.

Pascal Thueux succède à Thierry Hustache qui a fait valoir ses droits à la retraite après plus de trois années passées à la direction de la clientèle.

Auteur d'origine: Picardie la Gazette
  55 lectures
  0 commentaires
55 lectures
0 commentaires

L’UPJV et la Caisse d’Épargne Hauts de FRANCE partenaires

En mars dernier, Mohammed Benlahsen, président de l’Université de Picardie Jules-Verne et Laurent Roubin, président du Directoire de la Caisse d’Épargne Hauts de France, ont signé officiellement leur convention de partenariat. Les deux institutions ont ainsi souhaité amplifier leur collaboration en concluant un partenariat gagnant-gagnant, qui comprend plusieurs volets. Dans ce cadre, la Caisse d’Épargne Hauts de France proposera d’accueillir des étudiants en stage ou en alternance, et participera aux forums et portes ouvertes organisés par l’UPJV, ce qui lui permettra d’aller directement à la rencontre des étudiants en recherche d’opportunités. Par ailleurs, la banque soutiendra les actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat menées par l’Université de Picardie Jules-Verne en faveur de ses étudiants et accompagnera les manifestations scientifiques, pédagogiques et culturelles organisées par l’UPJV. Enfin, la Caisse d’Épargne Hauts de France fera bénéficier aux étudiants et collaborateurs de l’UPJV de conditions tarifaires avantageuses.

Auteur d'origine: Picardie la Gazette
  53 lectures
  0 commentaires
53 lectures
0 commentaires

Effondrement de la chaussée dans le centre-ville d'Amiens : faut-il craindre d'autre cas ?

Après la formation d'un énorme trou dans la chaussée ce lundi en plein centre-ville à Amiens, les passants s'interrogent. Les sous-sols de la ville regorgent de caves anciennes. La municipalité affirme que le phénomène d'effondrement reste rare et que tout est fait pour cartographier ces cavités.

  56 lectures
  0 commentaires
56 lectures
0 commentaires

PHOTO - A Amiens, une chaussée s'effondre au pied d'un immeuble du centre-ville

Un immeuble de la place Léon Debouverie dans le centre-ville d'Amiens, derrière la mairie, fragilisé par une cavité dans le sol. Une partie de la chaussée et du trottoir se sont effondrés vers 6h ce lundi matin.

  55 lectures
  0 commentaires
55 lectures
0 commentaires

Sécurité routière : le “radar tourelle” arrive dans la Somme

Le premier radar tourelle du département a été implanté la semaine dernière, à hauteur du Bois d’Yzeux, sur la D1001, entre Amiens et Flixecourt.

  56 lectures
  0 commentaires
56 lectures
0 commentaires

A Amiens, ils allument un barbecue... à l'intérieur de leur maison !

Les pompiers de la Somme sont intervenus ce dimanche après-midi, chaussée Jules Ferry pour éteindre un feu de barbecue allumé à l'intérieur d'une maison.

  55 lectures
  0 commentaires
55 lectures
0 commentaires

Des producteurs de sapins de Noël en plein pic d'activité au beau milieu de l'été

C'est assez surprenant, mais c'est le cas au Domaine de Tailly, à Tailly-l'Arbre-à-Mouches à l'ouest d'Amiens. Bénédicte Leclerc de Hauteclocque y produit 6000 sapins par an.

  50 lectures
  0 commentaires
50 lectures
0 commentaires

Les ateliers do-in et shiatsu de Marie : place à soi !

Les ateliers de Marie sont réputés pour être d’un naturel doux et profond sur les bienfaits apportés. C’est en consultant sa page Facebook que l’on peut se rendre compte que Marie a un vrai don pour le bien-être.

 

 

Il y a environ dix ans, Marie s’est rendue compte que la vie qu’elle menait n’était pas celle qu’elle convoitait : trop de stress, trop d’angoisses, des journées limitées à bosser et dormir… Ce n’était pas du tout le rythme de vie qu’elle prisait et espérait au fond d’elle. Même si ses études dans la communication la servent actuellement dans la diffusion de son travail énergétique, elle ne se voyait pas enfermée dans une entreprise. C’est ainsi qu’elle a redirigé ses études vers la psychanalyse et le bien-être de chacun.

 

Lire la suite
  58 lectures
  0 commentaires
58 lectures
0 commentaires

Des bracelets SNSM pour ne pas perdre vos enfants sur la plage

Les sauveteurs en mer proposent leurs bracelets SNSM à Quend-Plage (Somme). Les parents écrivent leur numéro de téléphone dessus et l'attachent au poignet de leur enfant. Il est donc plus facile de retrouver sa famille s'il se perd.

  53 lectures
  0 commentaires
53 lectures
0 commentaires

Le bio cartonne en Hauts-de-France !

La Région Hauts-de-France est pleinement engagée avec la DRAAF (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt) dans le cadre d'un plan bio régional, et ça marche !

Plus de 1 000 exploitations bio

Sur l'ensemble du territoire, la barre des 1 000 exploitations biologiques (représentant près de 38 500 hectares de cultures) a été franchie. La dynamique (+15% de 2017 à 2018) est en progression, particulièrement depuis trois ans. Elle s'appuie sur de nouvelles installations et sur la conversion de fermes conventionnelles, qui sont facilitées par l'accompagnement et l'information des agriculteurs via un Point Accueil Bio.

Éleveur laitier à La Longueville, dans le Maubeugeois (59), Olivier Lepoint a mis plusieurs années avant de passer au bio. "Dès que j'ai repris la ferme familiale, j’avais fait un diagnostic de conversion. Mais je n’étais pas encore prêt. Or je devais créer de la valeur ajoutée pour perdurer. J'ai donc bien préparé les choses, rencontré d'autres éleveurs, suivi des formations… Aujourd'hui je travaille différemment et j'améliore ma production".

5 600 emplois directs

Désormais, 16 % des porteurs de projets à l'installation ont un projet bio, un chiffre supérieur à la moyenne nationale.

Fin 2018, l'agriculture biologique représentait 5 600 emplois directs, soit 6,2% de l’emploi direct agricole régional. Au-delà de cette production, la région compte notamment 868 entreprises de transformation et 315 magasins et grossistes pour vendre ces produits. De quoi assurer une bonne part de la chaîne d'acheminement, même s'il reste des marges à aller chercher.

Lire la suite
  54 lectures
  0 commentaires
54 lectures
0 commentaires

Le Tréport : un bateau coule, les deux pêcheurs nagent jusqu'à la rive

Très tôt ce vendredi matin, le navire de pêche "Seph elle" a coulé à 1,8 km des côtes du Tréport. Les deux marins-pêcheurs à bord ont eu beaucoup de chance. Ils ont pu regagner la côte à la nage. Ils sont sains et saufs.

  53 lectures
  0 commentaires
53 lectures
0 commentaires

Des enfants de 9 et 10 ans mettent le feu à 225 ballots de paille près d’Amiens en voulant jouer à "Koh-Lanta"

L’incendie s’est déclaré ce jeudi à Saint-Fuscien au sud d’Amiens. Deux garçons, interrogés par la police, ont reconnu les faits : ils voulaient simuler un jeu de survie type "Koh-Lanta".

  50 lectures
  0 commentaires
50 lectures
0 commentaires

Grand Prix des Marbriers, 59e édition !

Le Tour de France est fini, les classiques – dont le mythique Paris-Roubaix – ont rendu le verdict, mais les coureurs cyclistes n'ont pas encore remisé leur vélo au garage. Les Hauts-de-France leur réservent encore quelques courses dont ils ont le secret.

Prochain rendez-vous, le 20 août 2019, avec le Grand Prix des Marbriers, aux abords de Bellignies (59). Cette épreuve, qui a vu le jour en 1961, réserve toujours du spectacle, tant le parcours donne du fil à retordre au peloton.

160 kilomètres d'effort

La formule, qui fait le succès du Grand Prix des Marbriers et attire chaque année des milliers de supporters, reste inchangée : 160 kilomètres d'effort, pour 16 boucles de 10 kilomètres et un finish toujours haletant au cœur de Bellignies. D'avis de connaisseurs, la course ne peut être remportée que par des costauds, les fameux "baroudeurs" du peloton. Le parcours réserve, en effet, quelques "casse-pattes" qui, au fil des kilomètres parcourus, douchent les espoirs de certains et mettent en valeur les sportifs les plus aguerris.

Au programme des festivités, une sélection impitoyable, avec l'ascension de deux côtes (à renouveler 10 fois !) - la côte du Mayeur (6,6 % de moyenne) et la côte du Moulin - avant une arrivée en trombe face à la salle des fêtes de Bellignies.

Participez à la fête !

Parades, animations, spectateurs par centaines… Pour chaque édition, le Grand Prix des Marbriers réunit une foule dense, qui se masse tout le long du parcours et aux abords de la ligne d'arrivée pour encourager les coureurs. Un vrai concentré de sport et de fête, à quelques jours de la rentrée scolaire !

Lire la suite
  55 lectures
  0 commentaires
55 lectures
0 commentaires

L'hôpital de Doullens rejoint le mouvement de grève des urgences

Le service des urgences de l'hôpital de Doullens a rejoint le mouvement de grève nationale des urgentistes depuis ce lundi. Cela ne change rien pour les patients.

  53 lectures
  0 commentaires
53 lectures
0 commentaires

Terre en folie : les Hauts-de-France fêtent le labour

Le labour, vous connaissez ? Grande tradition du monde agricole qui sonne la fin des moissons, la pratique du labour va être mise à l'honneur les 31 août et 1er septembre 2019 à Deûlémont, à l'occasion de Terre en folie.

Deux jours de fête

Organisé par les Jeunes Agriculteurs à Deûlémont (59), dans la métropole lilloise, ce grand rendez-vous mettra en valeur le monde de l'agriculture avec de nombreuses animations. Des jeux gonflables, des balades à poney, des ateliers (sur le pain, le rempotage de plantes, etc.) pour les enfants, mais aussi des activités pour toute la famille :

baptêmes en tracteur ou en hélicoptèreparcours du combattantlabour à l'ancienne avec des chevauxcourses à dos d'âne ou de moissonneuses-batteusesmarché du terroirmini-ferme…

Vers le concours national de labour

Le coup d'envoi de l'événement sera donné le samedi 31 août 2019, à 14h. La remise des prix de labour clôturera la manifestation le dimanche. Les agriculteurs lauréats de ce concours, issus des cinq départements des Hauts-de-France, pourront ensuite participer aux épreuves de niveau national.

La Région, sensible à la vitalité du monde agricole, soutient l'événement qui vise à mettre en valeur les traditions et exposer le savoir-faire des agriculteurs des Hauts-de-France.

Cet article Terre en folie : les Hauts-de-France fêtent le labour est apparu en premier sur Région Hauts-de-France.

Auteur d'origine: Christophe des Hauts-de-France
  57 lectures
  0 commentaires
57 lectures
0 commentaires

Somme : une femme grièvement blessée en nettoyant un fusil

Un dramatique accident domestique ce midi à Nesle, dans l'Est de la Somme. Une femme a reçu un coup de fusil au visage en nettoyant l'arme. Elle est très gravement blessée.

  56 lectures
  0 commentaires
56 lectures
0 commentaires