Les villes défiées par les trottinettes

Interdites depuis le 1er août sur les trottoirs de Paris, les trottinettes électriques en libre-service dérangent les habitudes urbaines. Au-delà des mesures prises par les municipalités, elles auront eu la vertu de révéler un trésor jusque-là méconnu : l’espace public.

« Lorsque je suis invitée à une soirée, j’essaie de ne pas mentionner la société pour laquelle je travaille. Sinon, les convives parleront de ça toute la soirée et je me ferai attaquer de toutes parts. » Cette femme est responsable marketing pour l’un des opérateurs de trottinettes en libre-service qui défraient la chronique depuis quelques mois. Elle confie son désarroi. « Franchement, je n’ai quand même pas l’impression de travailler pour Monsanto ! », lâche-t-elle, en référence au géant des semences génétiquement modifiées, racheté par le chimiste allemand Bayer, en septembre 2016. L’anecdote en dit long sur l’image de ces trottinettes auprès du grand public, et, plus généralement, sur la compréhension des enjeux de la mobilité urbaine. Voilà un objet peu volumineux, pesant un peu plus d’une dizaine de kilos, ne nécessitant pas d’apprentissage particulier, bien plus efficace et moins encombrant qu’une voiture pour effectuer un kilomètre ou deux, en pleine ville. Mais en dépit de ces atouts indéniables, la trottinette est devenue, en moins d’un an, un objet détesté, voire un sujet de conversation pratique lorsqu’on n’a rien à se dire…

Il est vrai que les trottinettes électriques en libre-service remettent en cause beaucoup d’habitudes. À partir du printemps 2018, une, puis, deux, puis trois et bientôt douze sociétés, dopées par des levées de fonds faramineuses, déposent dans les rues de Paris des milliers de trottinettes. La déferlante, qui touche également quelques grandes villes de France et d’Europe, est d’autant plus impressionnante qu’elle se matérialise principalement sur les trottoirs et qu’elle est parfaitement légale. Quelques mois plus tôt, d’autres sociétés, parfois les mêmes, avaient procédé pareillement avec des bicyclettes en libre-service, ou encore des scooters électriques.

La vertu de l’espace public

Rapidement, ces objets voués à la mobilité ne sont considérés qu’à l’aune des désagréments qu’ils provoquent. Déposés sur les trottoirs, ils gênent les piétons. Leurs adeptes, qui n’osent pas emprunter la chaussée, roulent eux-mêmes sur les trottoirs. Les conflits d’usage se multiplient et chaque accident grave est instantanément médiatisé. Les opérateurs affirment leur souci pour l’écologie mais peinent à convaincre : les trottinettes sont en effet placées tous les matins dans certains quartiers bien choisis, et récupérées le soir, par des auto-entrepreneurs circulant pour la plupart en camionnette diesel. De nombreux engins sont jetés, batterie incluse, dans les cours d’eau ou, à Marseille, dans la mer.

Début 2019, alors que le Parlement s’apprête à discuter de la Loi d’orientation des mobilités (LOM), le retentissement de ces incivilités occupe les réseaux sociaux, noircit les pages des journaux, abreuve les chaînes d’information en continu, stimule les joutes politiques. Tout le monde semble découvrir la vertu de l’espace public, trottoirs, places, rues piétonnes, ces lieux qui n’appartiennent à personne et qui appartiennent donc à tout le monde. Dans les villes, pourtant, l’intégrité de cet espace est régulièrement mise à mal, envahi par des scooters, des terrasses, des poubelles, voire des voitures en stationnement. Mais il fallait un coupable et c’est la pauvre trottinette qui trinque !

Enfin, si le sujet anime les comptoirs des bistrots de Dunkerque à Marmande (Lotet-Garonne) en passant par Morlaix (Finistère), seule une poignée de grandes villes sont vraiment concernées. Dans les rues de Rennes, Toulouse, Grenoble ou Nantes, on ne croise pas souvent des usagers des trottinettes. On n’en voit pratiquement pas non plus à Londres, ni à Amsterdam, ni à Vienne, ni à Florence. À Nice, sur la Promenade des Anglais, ou à Marseille, près des plages, c’est un sujet. Mais c’est surtout à Paris intra-muros que ces engins sont déposés, et utilisés. Et cela s’explique : avec une forte densité d’habitants, des déplacements courts, un métro saturé et un espace public contraint, la capitale est le terrain de jeu rêvé des opérateurs. Ils espèrent que leur application sera téléchargée en nombre suffisant pour s’approprier le seul trésor qu’ils convoitent véritablement : les données des utilisateurs.

Anne Hidalgo, maire de Paris, est dès lors en première ligne. Elle se voit contrainte, conférence de presse après conférence de presse, à annoncer de nouvelles mesures visant à limiter les nuisances. Finalement, la maire annonce, début juin, la verbalisation des opérateurs, à hauteur de 35 euros, pour chaque trottinette stationnée sur le trottoir. Le dispositif, renforcé par un arrêté pris fin juillet, est entré en vigueur le 1er août. Les utilisateurs circulant sur le trottoir sont eux, soumis à une amende de 135 euros. Les deux-roues motorisés, bien plus encombrants et plus dangereux, n’ont jamais été soumis à de telles sanctions.

La fermeté des grandes villes

Avant cette soudaine sévérité parisienne, d’autres municipalités avaient pris des mesures plus drastiques. En avril, la métropole de Nantes avait saisi quelques dizaines de trottinettes appartenant à la société Byke Mobility. Un coup de force, mais qui avait refroidi les ardeurs. Strasbourg affiche la même fermeté. À Bordeaux, à l’automne dernier, pour Alain Juppé, c’était non. Son successeur à la mairie, Nicolas Florian, a dû céder aux opérateurs. Mais les conditions sont rudes : pas plus de 100 trottinettes, 600 vélos ou 200 scooters électriques. Autant dire rien, pour des sociétés dont le modèle repose sur une masse élevée d’utilisateurs. La ville a également imposé une redevance de 30 euros par engin, 50 pour les scooters.

En Belgique, plusieurs villes de la région bruxelloise ont créé des espaces de stationnement dédiés aux trottinettes. Paris a fait de même, en matérialisant 2 500 places. Serait-ce insuffisant ? Fin juin, près de 20 000 de ces engins circulaient dans les rues de la capitale. Mais début juillet, on constatait le retrait de la moitié des opérateurs, abattus par la vive concurrence et l’annonce d’un futur appel d’offres de la mairie. Et si les trottinettes appartenaient déjà au passé ?

L’article Les villes défiées par les trottinettes est apparu en premier sur Picardie la Gazette.

Auteur d'origine: Olivier RAZEMON
Poulet braisé s’installera mi-septembre à Beauvais
La start-up veut faciliter le quotidien des agricu...

Sur le même sujet: